Réinventer les notes de programme à l’ère numérique: de « Beyond the Score » à LiveNote

DPMQAdressée au public de la musique classique ou contemporaine, la note de programme est souvent identifiée comme un texte de présentation sur les œuvres interprétées à l’occasion d’un concert. Devant le manque d’intérêt qu’elle suscite parfois chez l’auditeur, certains orchestres ont choisi de faire sortir la note de programme de son cadre habituel, celui de l’écrit, et d’explorer d’autres modes de présentation : adopter un discours oral, projeter des images et autre contenu à caractère visuel, tirer parti des technologies actuelles et nouvelles pour interpeller davantage le public. Le Chicago Symphony Orchestra (CSO), par exemple, s’est engagé dans cette voie. Inaugurée en 2008, sa série d’évènements « Beyond the Score » remporte un franc succès. À travers des photos d’époque, des dessins, des détails de partition sur grand écran et des extraits sonores, une narration théâtralisée parcourt sur scène l’histoire de l’œuvre, ses traits distinctifs, avant que celle-ci ne soit intégralement jouée par l’orchestre. Le CSO a fait de ce concept une marque déposée qui s’exporte à travers le monde, et notamment à l’Orchestre symphonique de Montréal qui a présenté la Cinquième symphonie de Beethoven selon cette méthode. La valeur musicologique et pédagogique d’une traditionnelle note de programme s’en trouve décuplée.

Avec LiveNote, l’Orchestre de Philadelphie apporte aussi sa pierre à l’édifice. Cette application pour appareils mobiles permet aux auditeurs de suivre en temps réel l’œuvre interprétée en concert. Grâce à une technologie de reconnaissance d’extraits musicaux déjà existante telle que l’ont créée les développeurs Shazam et SoundHound, LiveNote accompagne le public dans son écoute, offrant une analyse approfondie de l’œuvre à travers ses thèmes et ses motifs les plus marquants. Au cours d’une représentation d’opéra, l’application reproduit la traduction des textes chantés et le synopsis de l’œuvre. Plusieurs lectures complémentaires sur le compositeur et son époque sont également disponibles. En cela, cette nouvelle technologie n’est pas si différente des guides d’écoute proposés en ligne sur le site Internet de la Cité de la musique de Paris. Elle pose, toutefois, la question de son acception auprès du public de concert, partagé entre les connaisseurs qui ont intégré certaines habitudes d’écoute et les néophytes qui acquièrent un nouvel apprentissage. L’auditeur pourra désormais garder son téléphone portable allumé, alors qu’il a souvent été contraint de l’éteindre pendant la tenue d’un concert. Afin d’atténuer les nuisances causées par son utilisation dans l’obscurité, LiveNote diffuse ainsi du contenu dans un affichage « blanc sur noir », laissant toutefois la porte ouverte à un usage généralisé de l’appareil mobile, au mieux à une interaction d’une partie du public sur les réseaux sociaux. Comme toute innovation, cette application mobile suscite certains questionnements, certains enjeux. On peut s’interroger, par exemple, sur les bienfaits d’une expérience musicale diffuse, voire éparpillée. Quel degré d’attention faut-il accorder à l’outil technologique? Cela se fait-il aux dépens de l’appréciation du concert dans son ensemble? La question est alors de savoir jusqu’où informer le public, si l’outil de médiation répond à ses attentes, s’il est aussi réaliste et même souhaitable d’engendrer un public de connaisseurs, au risque peut-être d’essouffler l’intérêt du plus grand nombre.

Bernard, Justin, 2014, « Réinventer les notes de programme à l’ère numérique : de ‘Beyond the Score’ à LiveNote », Montréal, Équipe DPMQ (OICRM), Université de Montréal.

Cet article a été publié dans Autres publications, Publications. Bookmarker le permalien. Laisser un commentaire ou faire un trackback : URL de trackback.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

*
*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>